“TRIPOD”

Le travail “Tripod” emprunte des références formelles dans les panneaux de signalisations qu’on peut trouver dans des endroits inattendus (en haut des montagnes, dans le désert, dans un campement militaire) ou sont indiquées des directions pour différentes villes du monde, avec les distances qui nous en séparent. Il ne s’agit pas d’un panneau de direction, son importance est plutôt celui de l’endroit ou il est posé (au milieu de nulle part, au milieu du chaos et au milieu du monde). Les textes écrits avec des clous et des vis proviennent des headlines des magazines d’information, les images collées dessus pour permettre une démultiplication des points de vue sont des images de notre monde, de notre “one world”.

Septembre 2007